Retour a la vente

25 mars 2014 à 14h00 Mobilier & Objets d'Art, Céramiques Drouot-Richelieu - Salles 5 & 6

Exposition publique

Samedi 22 mars de 12h à 18h
Lundi 24 mars de 11h à 18h
Mardi 25 mars de 11h à 12h

Contact

Marie-Hélène Corre
Clerc
+ 33 1 40 06 06 08
mh.corre@auctionartparis.com

Experts

Cyrille Froissart
+33 (0)1 42 25 29 80
c.froissart@noos.fr

Claude Mercier-Ythier
+33 (0)6 11 22 99 90

Roland de l'Espée
Le Fuel - de L'Espée
00420 601 379 015
expert@lespee.com

Partager les résultats

Lot n° 124

Brûle-parfum couvert

Vendu 17 360 €
Brûle-parfum couvert en bronze ciselé, doré, patiné et blue-john. Il est orné de feuilles d'acanthe, les anses à têtes de bélier. Le couvercle surmonté d'une flamme, il repose sur une colonne cannelée en marbre noir agrémentée d'une guirlande de laurier. Base carrée à coins arrondis Angleterre, Fin du XVIIIème siècle (petites restaurations) H : 43 cm Exploité uniquement en Angleterre à partir des années 1760 dans des carrières et des mines près de Casteldon dans le Derbyshire ; le spathfluor est utilisé par les lapidaires afin de réaliser des objets d'ornement. Le bronzier anglais Matthew Boulton, s'intéresse à ce matériau dès 1768 et en fait part dans une lettre à son ami John Whitehust (1). Il renonce par ailleurs à son projet d'exploiter une mine, mais prétend plus tard avoir obtenu l'exclusivité de la production. En réalité, il achète en 1770 plus de 14 tonnes de spathfluor au marchand John Platt. Boulton devient alors le spécialiste de cette pierre et plus particulièrement de la variété appelée « blue john », l'utilisant dans un grand nombre de se ses productions : pendules, vases, luminaires, … Le blue john est un type de spathfluor qui doit son nom à sa couleur dominante. Pierre de structure cristalline, tendre, fragile, et difficile à travailler, elle présente des bandes bleues et violettes alternant avec des bandes de couleurs allant du blanc ou du jaune jusqu'au bleu clair, parfois avec des taches rouges ou brunes. Sa couleur peut être éclaircie en chauffant la pierre mais cette opération délicate peut altérer son éclat. (1) « Ormolu : The work of matthew Boulton », N. Goodison, Londres 1974 Phaidon, p.29.

Partager le lot