[Desnos, Robert], SYLVIUS (Jehan) [Ernest Gengenbach] et RUYNES (Pierre de) [Pierre Renaud]

Lot 112
Aller au lot
Estimation :
250 - 300 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 1 000EUR
[Desnos, Robert], SYLVIUS (Jehan) [Ernest Gengenbach] et RUYNES (Pierre de) [Pierre Renaud]
LA PAPESSE DU DIABLE (EXEMPLAIRE DE WLADIMIR GRANOFF). Paris, éditions de Lutèce 1931 In-8° broché. Couverture couleurs illustrée de M. [Matutano]. Bien complet des 4 hors-texte en noir non signés. 189 pages. Bon état, sans manque, une page froissée, bas du dos un peu décollé, sans gravité, bord extérieur de la couverture un peu usé, cachet à l'encre en première page du célèbre psychanalyste parisien Wladimir Granoff. Voici ce que Marc de Smedt écrit à propos de ce très curieux roman, dans le Dictionnaire des oeuvres érotiques préfacée par Pascal Pia (Mercure de France, 1971, p. 375): «Nous assistons à la conquête du monde par la grande prêtresse du Diable suivie de ses hordes barbares. Victoire du Mal absolu sur les forces bénéfiques: le grand Androgyne trône dans les cathédrales. Le pape prisonnier est crucifié: «Le ventre poussé en avant par une petite poutre que l'on avait glissée entre la croix et le bas du dos laissait voir le sexe du pontife dressé au milieu d'une touffe de crins gris. «Archimagesse», créature de rêve, contemple ce spectacle tout en se faisant caresser par sa secrétaire Nadia: «Le voluptueux spasme final coïncida avec la vision de la mort». L'orgie sacrée est décrétée, les jeunes captives sont livrées en troupeaux aux guerriers barbares: «On ne voyait plus que des sexes noueux se fichant au hasard, selon les plus incroyables fantaisies, dans la chair nacrée des victimes». Supplices, tortures, dans lesquels on ne sait plus distinguer la douleur de la joie, se rencontrent à chaque instant afin de donner une impression de continuelles outrances: les vapeurs d'opium confèrent un surcroît de raffinement et d'exotisme à la cruauté des scènes. Thème cher aux surréalistes, la grande prêtresse est en fait Isis, la femme, la mystérieuse, l'archétypale. Arrive la catastrophe finale, une pluie de météorites s'abat sur la Terre, «des chiens venus on ne sait d'où couvraient les femmes en haletant». La reine se fait violer par un nègre qui avec «ahan de stu
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue