PRINZHORN (Hans)

Lot 253
Go to lot
Estimation :
2000 - 2500 EUR
Result without fees
Result : 450EUR
PRINZHORN (Hans)
BILDNEREI DER GEISTESKRANKEN - EIN BEITRAG ZUR PSYCHOLOGIE UND PSYCHOPATHOLOGIE DER GESTALTUNG. Berlin, Verlag Von Julius Springer 1922 In-4° relié, cartonnage éditeur, titre frappé à froid sur le premier plat [4] - VIII - 361 (6) pages. 187 planches hors-texte dont de nombreuses en couleurs. Ex-libris d'Henri Ellenberger contrecollé au verso du premier plat. Sans doute le livre le plus célèbre de l'art psychopathologique, même si la monographie de Morgenthaler sur Adolf Wölfli était parue l'année précédente. Il s'agit de la véritable édition originale, extrêmement rare, tirée à très peu d'exemplaires, et non celle de 1923, souvent seule disponible et présentée abusivement comme la première. L'oeuvre soustrait les productions plastiques des malades mentaux au domaine de la simple curiosité pour tout ce qui est «anormal» ou insolite et les intègre dans une approche stylistique plus globale, en une période de bouillonnement intellectuel et artistique bien faite pour préparer les esprits à porter un regard nouveau sur les expressions esthétiques de toute origine. Elle marquera des artistes comme André Breton, Max Ernst, Arp ou Hans Bellmer. On doit encore à Prinzhorn, dans le même domaine de recherche, Les oeuvres plastiques des prisonniers (1926). Hans Prinzhorn avait d'abord entrepris des études d'histoire de l'art et de philosophie, qu'il acheva en 1908. C'est en 1913, à l'âge de 27 ans qu'il entama des études de médecine, poussé à s'intéresser à la médecine mentale par la survenue de troubles mentaux chez sa seconde épouse. C'est à Heidelberg, où il assiste Karl Wilmanns, qu'il commence en 1919 à rassembler des dessins de malades. Il en rassemble près de 4000 en deux ans qui constitueront la matière de ce livre. L'année 1922 est riche d'événements plaisants, et douloureux à la fois, pour Prinzhorn. Son livre est encensé par toute l'intelligentsia et l'avantgarde de langue allemande et par les surréalistes à Paris, il quitte Heidelberg, pour le prestigieux Burghölzl
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue