ALZHEIMER (Aloïs) «ÜBER EINE ERKRANKRUNG... - Lot 4 - Auction Art Rémy Le Fur & Associés

Lot 4
Go to lot
ALZHEIMER (Aloïs) «ÜBER EINE ERKRANKRUNG... - Lot 4 - Auction Art Rémy Le Fur & Associés
ALZHEIMER (Aloïs) «ÜBER EINE ERKRANKRUNG EIGENARTIGE HIRNRINDE [publication princeps de la «découverte de la maladie d'Alzheimer»]». Berlin, Georg Reimer 1907 Il s'agit du tout premier article où Aloïs Alzheimer décrit la démence présénile qui portera plus tard son nom. Sans doute l'un des trois plus célèbres articles de la neuropsychiatrie du XXe siècle avec celui de Babinski sur la contraction des orteils et celui de Bleuler sur la démence précoce qui donne la toute première description de la schizophrénie. On joint un tiré à part glissé par Ellenberger dans le volume extrait de Centralblatt Neurologische 1er décembre 1906, n° 23. Page 1134, une note indique qu'à une réunion de la société allemande des neurologues du sud ouest de l'Allemagne (Bavière), un certain Alzheimer a décrit «eigenartige eine der Erkrankung Hirnrinde» (une maladie particulière du cortex cérébral, la description clinique et neuropathologique d'une femme âgée de 51 ans qui était morte dans un asile de démence présénile après en avoir eu les premiers symptômes cinq ans auparavant). Ellenberger, infatigable chercheur, a donc réuni la première mention de la maladie d'Alzheimer, inconnue de toutes les bibliographies et publications historiques (qui n'est pas un article mais une note où l'on cite une communication) et le premier article qui la décrit. Le livre fut ensuite offert à Henri Ey, son vieux camarade d'internat, qui préparait peu avant sa mort une monumentale histoire de la psychiatrie, qui aurait été le pendant de l'histoire de la psychologie dynamique d'Ellenberger. Dans cet article, Alzheimer décrit le cas d'une femme hospitalisée, incapable de prendre le moindre soin d'elle-même et dont les symptômes sont désorientation, troubles de la mémoire, de la lecture et de l'écriture. Les symptômes ont augmentés progressivement pour laisser place peu à peu à des hallucinations et enfin à une perte des fonctions cérébrales supérieures. L'étude anatomo-pathologique a montré un rétrécissement du cortex cérébral, p
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue